Site indépendant d’information et de prévention santé du Dr Denis Spindler

Accueil > Medical > Le suivi de la grossesse non pathologique

Le suivi de la grossesse non pathologique

samedi 8 novembre 2014, par Denis SPINDLER

Les consultations prénatales obligatoires sont au nombre de 7 ; elles sont prises en charge à 100% par l’assurance maladie

La déclaration de grossesse doit être réalisée avant 15 semaines d’aménorhée (SA) [1].

Un accouchement est prématuré si il survient avant 37 SA révolues

Les examens cliniques

Le poids : la pesée doit être réalisée mensuellement si possible sur la même balance. La prise de poids ne doit pas excéder 10 à 12 kg en moyenne sur l’ensemble de la grossesse. La moyenne est de 1kg/mois et de 1,5kg les 2 derniers mois

La Pression Artérielle : elle est normalement abaissée pendant la grossesse. Une pression artérielle supérieure à 14/9 pendant la grossesse est pathologique

La Hauteur Utérine : c’est une mesure réalisée à partir du 4° mois avec un mètre ruban. Elle donne une idée du terme. Une anomalie de Hauteur utérine / terme doit conduire à réaliser des examens complémentaires.
Entre 4 et 7 mois de grossesse on multiplie par 4 le nombre de mois pour avoir la hauteur utérine moyenne. Exemple 5 mois : HU moyenne = 20 cm

L’auscultation des bruits du coeur est possible entre 12 et 15 SA avec un matériel adapté (détecteur à ultrasons) et à partir de 20 - 22 SA avec un stéthoscope.
La fréquence cardiaque de base du foetus se situe entre 110 et 160 battement par min

Les mouvements foetaux (perçus à partir de 20 SA) peuvent être surveillés par la femme elle-même au 3° trimestre de la grossesse (s’assurer que le foetus bouge tous les jours de façon habituelle). Une diminution brutale (ou une disparition) des mouvements (moins de 10 mouvement sur 5h) nécessite une consultation rapide.

Les examens biologiques obligatoires

1° examen :

  • Recherche de sucre et protéines dans les urines (glycosurie et protéinurie)
  • Groupe sanguin et recherche des agglutinines irrégulières (RAI) [2]
  • Sérologie toxoplasmose (si pas de sérologie antérieure positive)
  • Sérologie de la rubéole (si pas de sérologie antérieure positive)
  • Sérologie de la syphilis

Examens suivants :

A chaque consultation recherche d’une glycosurie et protéinurie
sérologie toxoplasmose et/ou rubéole chaque mois si pas d’immunité acquise

6° mois :

  • Dépistage de l’antigène HBs (recherche d’une infection par l’hépatite B)
  • Numération globulaire (NFS)
  • Recherche d’anticorps irréguliers chez les femme rhésus négatif ou précédemment transfusées

Ensuite : 2° détermination du groupe sanguin et recherche d’anticorps irréguliers chez les femmes rhésus négatif

D’autres examens biologiques non obligatoires mais ...

Recherche d’une infection urinaire à la bandelette

Evaluation biologique du risque de trisomie 21 : le prélèvement consiste en une prise de sang à réaliser entre 14 et 17 SA et 6 jours.
Une approche combinée associant mesure de la clarté nucale par échographie et prise de sang vers 12 SA améliore le dépistage de la trisomie 21

Un résultat positif ne signifie pas que l’enfant est porteur d’une anomalie mais que la femme enceinte est dans un groupe à risque d’avoir un enfant atteint de trisomie 21
Une amniocentèse est proposée aux femmes situées dans un groupe à risque.
Un examen négatif n’élimine pas complètement le risque d’une anomalie.

L’âge maternel est un déterminant important du risque de trisomie

Age maternel Risque
<25 ans 1/2000
30 ans 1/1000
35 ans 1/350
38 ans 1/100
40 ans 2/100
42 ans 4/100
>45 ans 6 à 8 \100

Dépistage du diabète par le test de O’Sullivan : à réaliser entre 26 et 28 SA ou de façon plus précoce dans des situation à risque.

Sérologie HIV : elle est proposée en début de grossesse. La découverte d’une séropositivité HIV à un stade précoce de la grossesse permet de prendre des mesures spécifiques et de réduire le risque de transmission mère-enfant.

Le dépistage du streptocoque B est recommandé entre 35 et 38 SA

Les échographies

1° échographie : la date idéale est 11 à 13 SA (cela nécessite de connaître le terme de la grossesse : facile quand on est certain de la date des dernières règles - plus difficile dans d’autres situations)

Cette première echographie renseigne sur le nombre de foetus, la vitalité foetale, l’âge gestationnel (évaluation à +- 3 à 5 jours). Elle permet de dépister certaines malformations précoces et anomalies chromosomiques notamment la trisomie 21 par mesure de la clarté nucale. Elle recherche aussi des pathologies de l’utérus ou des ovaires.

2° Echographie : 19 à 22 SA

La deuxième échographie a pour but principal de rechercher des malformations foetales. Elle renseigne aussi sur la morphologie placentaire, le volume du liquide amniotique, la longueur du col utérin, l’état du cordon.

3° Echographie : 31 à 33 SA

Elle renseigne essentiellement sur la présentation et la croissance foetale, la localisation et l’état du placenta, la quantité de liquide amniotique, des anomalies du cordon ombilical et permet un diagnostic tardif de certaines anomalies

Des échographies supplémentaires peuvent être réalisées dans des situations spécifiques qui ne seront pas détaillées ici.

Note importante :
L’échographie obstétricale est un acte technique très spécialisé qui doit être réalisée par des professionnels expérimentés spécifiquement formés (ce n’est pas le cas de tous les échographistes...).

Les délais pour obtenir un rendez-vous d’échographie pouvant être longs il est important de bien programmer les rendez-vous à avance.

Sources :

  1. HAS avril 2005 ; comment mieux informer les femmes enceintes ?
  2. Guide de surveillance de la grossesse

[1La semaine d’aménorhée (SA) est une unité de mesure pour calculer l’âge de la grossesse. Le calcul se fait en commençant au 14° jour avant le début de la grossesse

[2Les agglutinines irrégulières peuvent avoir des conséquences sur le sang du nouveau-né au moment de l’accouchement