Site indépendant d’information et de prévention santé du Dr Denis Spindler

Accueil > Medical > Explorations d’un prurit

Explorations d’un prurit

jeudi 8 janvier 2015, par Denis SPINDLER

Le prurit est un symptôme qui s’inscrit dans deux groupes de pathologie
- pathologies dermatologiques
- pathologies non dermatologiques

Le prurit dermatologique ne nécessite habituellement pas d’explorations spécifiques car la cause est le plus souvent évidente : dermatite atopique, gâle, psoriasis, urticaire, eczema, piqure d’insecte, pytiriasis rosé de gilbert, virose infantile, lichen ...

Le prurit non dermatologique
Un bilan biologique sera réalisé pour rechercher la cause de ce prurit après élilination d’une cause médicamenteuse très fréquente.

  • NFS, Plaquettes -> élimininer une hémopathie (lymphome, polyglobulie vasquez) et rechercher une hyperéosinophilie
  • CRP -> recherche d’un syndrôme inflammatoire non spécifique
  • Créatinémie -> recherche d’une insuffisance rénale
  • Bilan hépatique -> recherche d’une lithiase, d’une hépatite, d’une atteinte des voies biliaires
  • Calcémie -> recherche d’une hyparparathyroïdie
  • Glycémie -> recherche d’un diabète
  • Ferritine -> recherche d’une carence en fer pouvant entrainer un prurit
  • TSH -> recherche d’une hypo ou hyperthyroidie
  • Sérologie HIV, Hépatite B et Hépatite C
  • Examen parasitologique des selles si contexte de voyage dans zone à rissque
  • Electrophorese des protéines -> rechercher une gammapathie

Le bilan biologique sera complété par une radiographie de thorax, une échographie abdominale (recherche adénopathies profondes, cancer pancréas)

La personne âgée sera adressée chez le spécialiste poue une biopsie cutanée avec immunofluorescence pour rechercher une pemphigoïde bulleuse

Les prurits associés à des manifestations neurologiques doivent faire l’objet d’un avis neurologique

Le prurit gravidique non dermatologique nécessite un avis spécialisé

Le prurit psychogène concerne essentiellement des patients souffrant de troubles psychiatriques avérés


Référence :
La revue du praticien octobre 2014 p1163 à 1168