Site indépendant d’information et de prévention santé du Dr Denis Spindler

Accueil > Medical > Irradiation et imagerie médicale : quelques conseils simples

Irradiation et imagerie médicale : quelques conseils simples

samedi 28 mai 2011, par Denis SPINDLER

Les radiations sont un phénomène naturel auquel sont soumis tous les individus. Les rayonnements sont émis par les sol granitiques avec de grandes variations d’une région à l’autre, ils sont présents dans les airs en altitude et lors des voyages en avion, l’organisme en produit aussi, tout comme certains aliments qui sont absorbés.

L’imagerie médicale s’est considérablement développée ces dernières années et devient de plus en plus sophistiquée. La multiplication des actes pratiqués provoque des irradiations qu’il convient de connaître. Certaines erreurs de prescription devraient être évitées et le médecin devrait pouvoir résister à l’anxiété du patient qui demande de plus en plus d’imagerie sans se soucier de l’irradiation que celle-ci produit. Le rapport bénéfice/risque est donc à prendre en compte avant la prescription.

A dose faible l’irradiation n’a pas de conséquence sur l’organisme mais à dose plus forte, chez certaines personnes ou sur certaines zones du corps l’irradiation peut avoir des conséquences médicales (mutation génétique, induction de cancer, cataractes, atteintes cutanées de type brûlure, épilation temporaire...) et il est donc souhaitable d’adopter certaines règles de prudence que l’on peur résumer de la façon suivante.

- Pas d’irradiation du foetus... mais une radio du thorax chez une femme enceinte ne pose pas de problème
- limiter l’irradiation de la moelle active des enfants et jeunes adultes : sternum, bassin
- limiter l’irradiation des gonades, de la thyroïde et de l’oeil

En pratique ce sont les radios mais surtout les scanners du rachis, de thorax et du bassin qui devraient être limités principalement chez les jeunes. (les radios des membres en dehors de la hanche ne posent eux aucun problème)

La dose reçue est mesurée en sievert ou plus exactement en millisievert (msv)

  • l’irradiation naturelle annuelle moyenne en France est de 2,4 msv
  • La dose réglementaire annuelle pour les travailleurs exposés à des radiations est de 20msv (celle des apprentis est à 6msv)
  • la dose la plus faible détectée pour un risque cancérigène avéré est 100msv

Tableau de doses reçues à l’occasion d’examens radiologiques

Examen radiologiquedose reçuecommentaires
radio thorax face 0,02à 0,04 msv soit environ 1 à 2h d’avion
mammographie 0,1msv
rachis lombaire 0,5 à 0,7 msv déjà 10 fois plus qu’une radio de thorax mais pas de danger - attention à la multiplication des radios pour suivi de scoliose car irradiation des seins associée [1]
scanner lombaire ou cérébral 2 msv La cornée et la thyroïde sont irradiées dans un scanner cérébral
scintigraphie 1 à 4 msv irradiation variable selon le type de scintigraphie (1msv pour la scinti thyroïdienne - 4 msv pour la scinti osseuse)
scanner thoracique 8 msv La thyroïde reçoit une dose élevée dans le scanner thoracique
scanner abdomino-pelvien 10 à 20 msv Les gonades reçoivent une dose élevée dans le scanner abdomino-pelvien
Angiographie pulmonaire 10 à 17 msv

Examens sans irradiations : echographie, IRM

Sources :


[1Etude confirmant le risque de décès par cancer du sein supérieur de 70% en comparaison à la population générale chez des femmes suivies pour scoliose ayant eu une moyenne de 25 radiographie du rachis au cours de leur vie