Site indépendant d’information et de prévention santé du Dr Denis Spindler

Accueil > Medical > HTA : une pathologie à mieux connaître

HTA : une pathologie à mieux connaître

samedi 20 octobre 2012, par Denis SPINDLER

Mise à jour 15 novembre 2014

A l’échelle mondiale l’hypertension artérielle (HTA) est le 1° facteur de risque de la mortalité - 972 millions de personnes étaient hypertendues en 2005

L’HTA réduit de 7 ans l’espérance de vie d’une personne âgée de 50 ans

En France environ 11 millions de personnes sont traitées pour l’hypertension mais plusieurs millions seraient hypertendues sans traitement

L’HTA est la plupart du temps une maladie silencieuse

...Elle intervient principalement dans le risque cardio-vasculaire
- Les maladies coronariennes (les artères du coeur)
- Les accidents vasculaires cérébraux (AVC)
- l’insuffisance cardiaque

...Mais aussi dans l’insuffisance rénale, l’éclampsie chez la femme enceinte, les démences des personnes âgées...

Faire diminuer la Tension Artérielle de 10 mmHg s’accompagne d’une réduction de 40% du risque cardio-vasculaire... d’où l’importance de traiter l’hypertension et de bien la traiter... ce qui n’est pas si facile puisque seulement 49% des patients traités sont à l’objectif tensionnel fixé ! et que l’HTA résistante au traitement est dans 1 cas sur 2 lié à une mauvaise observance des médicaments.

L’HTA c’est quoi ?

De façon la plus simple et sans entrer dans l’explication physiopathologique de la maladie qui est complexe, l’HTA se définit par une tension artérielle supérieure ou égale à 14/9.

La tension artérielle doit être prise au repos avec un appareil valide (plutôt électronique) aux deux bras et à 3 reprises sur le bras ou la tension a été la plus élevée.

Des chiffres de tension élevés un jour devront être confirmés quelques semaines plus tard à l’occasion d’une autre consultation (mais attention à l’effet blouse blanche responsable d’une élévation de la tension chez 15% des patients) ou par un relevé d’automesure ou réalisation d’un MAPA.

90% à 95% des hypertensions sont dites essentielles (ou primaires) c’est à dire qu’il n’y pas de cause spécifique pour expliquer l’HTA ... bref l’HTA est là parce que c’est comme çà !

5 à 10% des hypertensions sont secondaires c’est à dire qu’il y a une maladie spécifique responsable de l’HTA (En fonction de critères cliniques et biologiques votre médecin vous proposera de réaliser des examens complémentaires spécifiques)

Dans (presque) tous les cas il est urgent de prendre son temps pour affirmer un diagnostic d’HTA qui nécessitera un traitement à vie

... mais il est important de se traiter et de bien se traiter quand le diagnostic est réalisé

La découverte d’une HTA nécessite la réalisation d’un bilan minimal comprenant : Electrocardiogramme et bilan sanguin avec créatinémie (recherche d’une attente rénale), kaliémie (recherche d’un atteinte surrénale...un peu technique...), glycémie (sucre), bilan lipidique (graisses) et bandelette urinaire.

Quel objectif tensionnel ?

L’objectif tensionnel est :
- en dessous de 14/9 dans la population générale
- En dessous de 15 chez la personne âgée de plus de 80 ans

Remarque : chez les personnes de plus de 60 ans et chez les personnes diabétique des baisses de tension en position debout ((hypotension orthostatique) doivent être recherchées

La tension diastolique (c’est à dire le chiffre du bas) est habituellement dans les objectifs tensionnels avec les traitements.

Le traitement de l’hypertension artérielle

1) Les mesures non médicamenteuses se résument en :

  • peu de sel dans l’alimentation
  • des repas équilibrés pas trop riche en graisse (qui feront perdre du poids aux personnes obèses)
  • de l’activité physique régulière
  • une consommation d’alcool modérée (environ 2 verres de vins par jour)
  • l’arrêt du tabac (plus facile à dire qu’à faire...mais très bénéfique pour la santé)
  • un mode de vie relax
  • l’arrêt du réglisse...et du pastis...et de certains décongestionnants nasaux qui font monter la tension

... Bref une vie équilibrée

2) Le traitement médicamenteux

5 classes principales (+1) [1] de produits mais des dizaines de médicaments génériques et non génériques.

Les recommandations officielles tournent autour de deux questions :

  • Quelle classe de médicament prescrire en première intention ?
Tableau des stratégies de traitement selon le profil
Diabète IEC ou ARA2
coronaropathie Béta Bloquant, ICA
Hypertrophie ventriculaire gauche IEC, ARA2, ICA
Insuffisance cardiaque diurétique thazidique ou de l’anse, IEC, ARA2, Béta Bloquant
Fibrillation auriculaire Béta Bloquant, ICA bradycardisant
Artérite ICA
Insuffisance rénale IEC, ARA2, Diurétique thiazidique ou de l’anse
Femme enceinte ICA, Aldomet, Béta Bloquant
Hypertension systolique élevée de la personne âgée  Diurétique, ICA
Personne de race noire Diurétique, ICA

(recommandations formulées par la société européenne de cardiologie qui sont évidemment modifiables dans des situations individuelles spécifiques)

  • Comment associer les médicaments entre eux ?

L’HAS (Haute autorité de santé) a réalisé un joli petit bateau ou chapeau

3) comment améliorer l’observance du traitement ?

  • Favoriser les médicaments en prise unique
  • Avoir un bon dialogue prescripteur - personne hypertendue pour s’assurer de la bonne compréhension de la maladie et de l’utilité du traitement
  • Proposer des relevés d’automesure de temps en temps
  • Réévaluer régulièrement la prise des médicaments et les facteurs pouvant expliquer un abandon du traitement : effets indésirables, problèmes personnels...

Poussée tensionnelle ou urgence hypertensive ?

L’urgence hypertensive [2] est ...très rare ; elle témoigne d’une souffrance viscérale et s’accompagne habituellement de signes cliniques sévères nécessitant une prise en charge hospitalière sans délai.

Les poussées tensionnelles avec des TA>18 sont fréquentes et ne nécessitent pas de traitement en urgence ... mais une évaluation médicale pour rechercher une cause à la poussée tensionnelle, un contrôle de la tension après une période de repos et dans un délai maximal de 15 jours avant une mise sous traitement ou une adaptation du traitement en cours si la tension reste élevée. Des examens complémentaires sont parfois nécessaires.

Les poussées tensionnelles peuvent être accompagnés de signes mineurs ne justifiant pas un traitement en urgence : bourdonnements d’oreille, maux de tête modérés, vertiges, saignements de nez


Source :


[1Béta bloquant, Inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC), Antagonistes de la rénine angiotensine (ARAII), Diurétiques thiazidiques, Inhibiteurs calciques (ICA) et +1 ( antihypertenseurs centraux)

[2OAP, IDM, AVC, Dissection aortique, Encéphalopathie hypertensive (céphalées intense, vomissements, confusion, convulsions) , HTA maligne ( - PAD>130, Microangiopathie thrombotique, AEG, Pollakurie, soif intense, déshydratation - FO stade 3 ou oedème papillaire)