Site indépendant d’information et de prévention santé du Dr Denis Spindler

Accueil > Medical > Comprendre et suivre les pathologies de la thyroide ?

Comprendre et suivre les pathologies de la thyroide ?

dimanche 13 février 2011, par Denis SPINDLER

La thyroïde est un organe situé au niveau du cou qui fabrique des hormones thyroïdiennes ; celles-ci ont une action sur de nombreuses fonctions corporelles. Cet organe est à l’origine d’un nombre important de pathologies (1 à 2% de la population d’Europe aurait des pathologies thyroïdiennes) nécessitant un suivi régulier et le plus souvent un traitement.

Schématiquement les pathologies de la thyroïde concernent principalement :

  • la structure de l’organe lui même qui peut augmenter de volume (goitre) ou présenter des nodules, kystes et parfois des cancers
  • la sécrétion des hormones thyroïdiennes fabriquées en trop faible quantité (hypothyroïdie) ou trop grande quantité (hyperthyroïdie)
  • dans certains cas des anomalies de structure de la thyroïde et de fabrication des hormones sont associés

Le dépistage d’une anomalie de la thyroïde est effectué en premier lieu par un examen clinique chez son médecin traitant qui recherchera au niveau du cou une anomalie de la structure de la thyroïde et/ou qui suspectera une anomalie de la sécrétion des hormones devant des signes évocateurs d’hypothyroïdie ou d’hyperthyroïdie.

Devant toute anomalie clinique de la thyroïde 2 examens simples permettent d’avancer dans le diagnostic :
- l’échographie de la thyroïde qui se réalise chez le radiologue et qui permet de s’assurer de la normalité de la structure de la glande thyroïdienne
- le dosage sanguin de la TSH qui détecte aussi bien les hyperthyroïdies que les hypothyroïdies (le dosage spécifiques des hormones T3L et T4L pratiqués par certains praticiens sont couteux et inutiles à ce stade)

Quels examens pratiquer en cas d’anomalie ?

  • Les anomalies de structures et notamment les nodules (à l’exception des micronodules qui sont très petits (< 10mm) nécessiteront une cytoponction pour connaître les caractéristiques de ces nodules et s’assurer qu’ils ne soient pas cancéreux.
  • Une TSH basse témoigne d’une hyperthyroïdie et nécessitera le dosage de la T4L (hormone thyroidienne T4) et la réalisation d’une échographie. Une anomalie du dosage des anticorps anti-récepteurs de TSH est en faveur d’une maladie de Basedow (pathologie hyperthyroïdienne la plus fréquente), une élévation de la vitesse de sédimentation et de la CRP est en faveur d’une thyroïdite. La présence d’un nodule unique est en faveur d’un nodule hypersécretant et celle de nodules multiples d’un goitre multinodulaire toxique.
  • Une TSH haute témoigne d’une hypothyroïdie et nécessitera la réalisation d’une échographie
  • Un dosage élevé d’anticorps anti-thyroïdiens (anticorps anti-TPO) témoigne d’un processus de pathologie auto-immune, le plus souvent thyroïdite de hashimoto qui peut donner selon les moments hyperthyroïdie ou plus souvent hypothyroïdie.

Comment surveiller certaines pathologie de la Thyroïde ?

- Les micronodules sans anomalies de la TSH nécessitent un simple suivi par échographie et TSH tous les 2 ans

- Les goitres simples sans anomalies de la TSH nécessitent une simple surveillance par échographie et TSH tous les 2 ans

- Les nodules sans anomalies de la TSH et des anticorps anti-TPO et dont la cytoponction est négative nécessitent une surveillance échographique 6 mois à 1 an plus tard , un dosage de TSH et une échographie à 2 ans et un nouveau contrôle en cytoponction 3 à 5 ans plus tard.

- Les pathologie auto-immunes type Hashimoto dont la TSH est normale nécessitent une surveillance de la TSH tous les 6 mois au début puis tous les ans car il est fréquent qu’elles évoluent vers une hypothyroïdie qui nécessitera un traitement par hormones thyroïdiennes (Levothyrox)

- Le suivi des personnes opérées de la thyroïde et/ou traités par hormones thyroïdiennes (Levothyrox) et ceux qui ont été traités pour une maladie de Basedow est réalisé par le dosage de la TSH (la fréquence du dosage est variable selon les pathologies)

- Le suivi des patients en cours de traitement pour une hyperthyroïdie par antithyroïdiens de synthèse est réalisé par le dosage de la TSH et de la T4L

- Le suivi des cancers de la thyroïde après traitement comprend :

    • TSH, T4L, Thyroglobuline pour les cancers papillaires et vésiculaires
    • TSH, calcitonine et ACE pour les cancers médullaires

- Les femmes enceintes doivent avoir un contrôle strict de leur équilibre thyroïdien avec une TSH<2 pour éviter l’hypothyroïdie très néfaste au développement du foetus.


PS : Certains médicaments peuvent provoquer des dysfonctionnements de la thyroïde et nécessitent un dosage de la TSH avant leur prescription et pendant leur prescription (tous les 6 mois de façon systématique ou plus tôt en cas de signes cliniques). Les principaux médicaments concernés sont l’amiodarone (cordarone) utilisé en cardiologie, l’interféron (utilisé notamment dans le traitement d’hépatites) et le lithium (prescrit en psychiatrie)

Attention : cet article n’est pas exhaustif, certains examens spécifiques pouvant être utiles dans le diagnostic ou le suivi de pathologie spécifiques n’ont pas été abordés (scintigraphie thyroïdienne, test au TRH, dosages hormonaux complémentaires...) : il ne dispense donc pas d’un avis médical par son médecin traitant ou par un médecin spécialiste.


Sources :

1) Dr François-Xavier Sallée : Arbre décisionnel des examens biologiques lié à l’exploration thyroïdienne

2) Manuel Merck 2006 : pathologie thyroïdienne